« A la nuit » d’Anna de Noailles

 » Mes livres, je les fis pour vous, ô jeunes hommes
Et j’ai laissé dedans
Comme font les enfants qui mordent dans les pommes
La marque de mes dents. »

Anna de Noailles, Les Eblouissements, 1907.
Portrait d’Anna, comtesse de Noailles, par Philip de Laszlo, 1913.

💗 Anna de Noailles (1876-1933) :
Comtesse d’origine roumaine, née sous le titre de princesse Brancovan. Elle commença à écrire de la poésie dès l’âge de seize ans. Elle écrivit aussi des romans et une autobiographie.
Elle était qualifiée de « reine du tout Paris », car elle était une célébrité de son époque. Elle tenait un salon littéraire où elle réunissait de nombreux artistes autour d’elle comme Jean Cocteau, André Gide, Colette. Avec d’autres femmes de lettres, elle créa un prix littéraire, qui existe encore aujourd’hui, sous le nom de « Prix Fémina ».
Aujourd’hui, son coeur repose dans un temple du parc de son domaine d’Amphion les bains.

💌 Le Coeur innombrable est son premier recueil poétique. Elle écrivit alors que beaucoup d’hommes voulaient la séduire, l’un d’eux s’étant même suicidé « par amour » pour elle.

A la nuit

Nuit penchée au dessus des villes et des eaux,
Toi qui regardes l’homme avec tes yeux d’étoiles,
Vois mon coeur bondissant, ivre comme un bateau
Dont le vent rompt le mât et fait claquer la toile !

Regarde, nuit dont l’oeil argente les cailloux,
Ce coeur phosphorescent dont la vive brûlure
Eclairerait, ainsi que les yeux des hiboux,
L’heure sans clair de lune où l’ombre n’est pas sûre.

Vois mon coeur plus rompu, plus lourd et plus amer
Que le rude filet que les pêcheurs nocturnes
Lèvent, plein de poissons, d’algues et d’eau de mer
Dans la brume mouillée, agile et taciturne.

A ce coeur si rompu, si amer et si lourd,
Accorde le dormir sans songes et sans peine,
Sauve-le du regret, de l’orgueil, de l’amour,
Ô pitoyable nuit, mort brève, nuit humaine !…

Anna de Noailles, « A la nuit », Le Coeur innombrable, 1901.

🕊 Vocabulaire :
ivre comme un bateau : référence à un célèbre poème d’Arthur Rimbaud intitulé « Le Bateau ivre. »
argente : verbe formé à partir du nom « argent ». Qui produit une lumière argentée.
taciturne : sombre, triste.

Questions :

1/ a. Comment s’intitule ce poème ?
b. Dans quel autre genre littéraire pourrait-on trouver ce genre d’adresse ?

2/a. « Nuit penchée au dessus des villes et des eaux, / Toi qui regardes l’homme avec tes yeux d’étoiles, » Quelle est cette figure de style ?
b. Comment / Sous quel visage la nuit est-elle présentée ? Développez votre réponse.
c. Quelle demande la poétesse lui adresse-t-elle, dans la première strophe (vers 3) ? Formulez votre réponse avec vos propres mots.

3/ Le motif de l’eau qui coule symbolise souvent, en poésie, le temps qui passe (CF poème de Lamartine).
a. Comment la poétesse ressent-elle son « incapacité à suspendre le temps qui passe » ?
b. « Ce coeur phosphorescent dont la vive brûlure  » et « mon coeur plus rompu, plus lourd et plus amer » : quelles sont ces deux figures de style ?
c. Selon vous, quels sentiments la poétesse cherche-t-elle à exprimer grâce à ces deux procédés ?

4. a. « Regarde », « Vois », « Accorde », « Sauve » : à quel mode et à quel temps l’écrivaine s’adresse-t-elle à la nuit ?
b. Selon vous, quelle est la valeur de ce temps, dans ces occurrences ?
c. Dans la dernière strophe, la nuit devient, en quelques sortes, la confidente, l’amie, de la poétesse. Quelles prières lui demande-t-elle d’exaucer (dernière strophe) ?

5.a. Dans les deux premiers vers, la nuit est décrite comme une déesse qui voit tout et sait tout. a. En quoi le dernier vers en donne-t-il une vision / image différente ? Développer votre réponse.
b. Anna de Noailles était une écrivaine romantique qui ressentait ce qu’on appelle le « mal de vivre ». Que signifie, selon vous, cette expression ?
c. Selon vous, que signifient les points de suspension du dernier vers ? Qu’est-ce que la poétesse semble regretter ?
d. Finalement, comment, selon la poétesse, pourrait-elle être délivrée de ce sentiment ?

Nuit étoilée sur le Rhône, huile sur toile de Vincent Van Gogh, 1888, musée d’Orsay, Paris.

Rapprocher un texte et une image :

1/ Présentez ce document (nature, titre, auteur, date, lieu de conservation).

2/ Quels sont les points communs entre cette toile et le poème d’Anna de Noailles ? Formulez et développez trois idées.

3/ Citez deux vers du poème qui, selon vous, pourraient illustrer ce tableau.