Le mythe d’Œdipe

Afin de connaître le mythe d’Œdipe, regardez cette vidéo puis répondez aux questions qui la suivent :

Les Grands mythes, épisode 19 : Oedipe, déchiffreur d’énigmes. Arte, 2016.

🌻 Questions :

Une malédiction familiale

1/ Pour quelle raison Laïos, fils du roi de Thèbes Labdacos, doit-il fuir sa ville à la mort de son père ?

2/a. Comment se nomme le roi d’Elide qui le recueille ?
b. Pour quelles raisons, après dix-huit années, Laïos doit-il fuir son protecteur ? Quels crimes a-t-il commis ?
c. Quelle malédiction Pélops profère-t-il alors à l’encontre de la famille de Laïos, les Labdacides ?

3/a. Revenu sur le trône de Thèbes, Laïos épouse Jocaste, mais ils ne parviennent pas à avoir d’enfants. Quelle prédiction l’oracle de Delphes annonce-t-elle au roi de Thèbes ?
b. Malgré cet avertissement, le couple finit par avoir un fils. Quelle mission Laïos confie-t-il à son berger, afin de se débarasser de cet enfant sans avoir à le tuer lui-même ?
c. Arrivé à la lisière de la forêt de Mont Cithéron, quelle décision ce domestique finit-il par prendre ?


Une jeunesse placée sous le signe du secret

4/a. Par qui le nouveau-né est-il finalement recueilli et adopté ?
b. Quel prénom lui donne-t-il ? Quelle est sa signification ?
c. A quelle occasion Œdipe apprend-il qu’il est un « enfant trouvé » ?

5/a. Œdipe décide alors d’aller trouver la Pythie, prêtresse d’Apollon, pour apprendre la vérité sur ses origines. Quelle prophétie lui révèle-t-elle ?
b. Que décide-t-il alors de faire, pour ne pas faire de mal à Polybe et Méropé ?


L’accomplissement de son destin

6/a. Arrivé au carrefour de trois routes, Œdipe rencontre un homme âgé. Que se passe-t-il alors ?
b. Quelle était l’identité de ce vieillard ?

7/a. Suite à quelle épreuve Œdipe devient-il roi de Thèbes ?
b. Combien d’enfants a-t-il avec la reine Jocaste ? Comment s’appellent-ils ?

8/a. Par la suite, quelle maladie s’abat sur la ville ?
b. Quelle explication l’oracle de Delphes donne-t-elle à Œdipe concernant l’origine de cette maladie ?
c. Que fait alors ce dernier, pour tenter de faire cesser cette épidémie ?


Un dénouement tragique


9/a. Un messager venu de Corinthe vient annoncer la mort du roi Polybe. Que finit-il alors par révéler à Œdipe ?
b. Suite à l’intervention du berger, à quelle horrible vérité le roi de Thèbes est-il confronté ?

10/ Lorsqu’elle comprend que l’oracle s’est réalisé, que fait Jocaste ?

11/a. A sa vue, comment Œdipe se mutile-t-il ?
b. De qui est-il accompagné, lorsqu’il quitte la ville ?
c. En quoi cette histoire est-elle, selon vous, une tragédie ? (Aidez vous du premier bilan de la séquence).

Oedipe et le Sphinx

« Quel être, pourvu d’une seule voix, a quatre jambes le matin, deux jambes le midi, et finalement trois jambes le soir ? »

Oedipe et le Sphinx, huile sur toile de Gustav Moreau, 1864, Metropolitan Museum of Art, New York

🌹 Lecture de l’image :

1/ Présentez ce document (nature, genre, titre, date, créateur, lieu de conservation).

2/ Décrivez cette toile de façon précise et méthodique (plans, couleurs dominantes, jeux de lumière, personnages, accessoires, expressions).

3/a. Faites une recherche sur l’histoire d’Oedipe et de la Sphinge/ du Sphinx, et résumez-là en cinq lignes.
b. Selon vous, comment s’appelle ce genre de récit, hérité de l’Antiquité Grecque ?
c. Quelle était l’énigme posée par la Sphinge ? Quelle en était la solution ?

Antigone de Jean Anouilh

Dramatis personae de la pièce Antigone de Jean Anouilh, 1946.

🦋 Questions :

1/ Ce document est situé au début de la pièce de Jean Anouil, nommée Antigone. Cela s’appelle le dramatis personae (= les personnages du drame, en latin). Selon vous, à quoi sert-il ?

2/a. Qui était Antigone, dans la mythologie grecque ?
b. Faites une recherche pour définir les liens entre ce personnage et Ismène, Hémon, Créon et Eurydice.

3/a.Jean Anouilh s’est inspiré de ce personnage pour créer une tragédie. Donnez la définition de ce genre théâtral.
b. Selon vous, quels sentiments les spectateurs des tragédies devaient-ils ressentir ?

Feuillets d’Hypnos, René Char

Photographie de René Char, par Man Ray, 1933.

🌹 René Char ( 1907-1988) : auteur français, qui s’engagea dans la Résistance lors de l’occupation du territoire français par l’Allemagne nazie, lors de la seconde guerre mondiale. Suite à l’appel du général de Gaulle, il occupa plusieurs fonctions dans un réseau clandestin. Il organisa des manifestations, des opérations de sabotage, de renseignements, d’infiltration et de dissimulation d’armements.
En 1943, alors en charge de l’action « Parachutage » dans les Alpes du sud, sous le nom du Capitaine Alexandre, il écrit ses poèmes intitulés Feuillets d’Hypnos. Ce sont des notes poétiques, écrites sur des feuilles de papier pliées sur elles-mêmes pour former des sortes de cahiers, qui furent publiées trois ans plus tard. Dans ces notes, le poète rend compte de ses expéditions et de ses missions.

Horrible journée…

Horrible journée ! J’ai assisté, distant de quelques cent mètres, à l’exécution de B. Je n’avais qu’à presser la détente du fusil-mitrailleur et il pouvait être sauvé ! Nous étions sur les hauteurs dominant Céreste, des armes à faire craquer les buissons et au moins égaux en nombre aux SS. Eux ignorant que nous étions là. Aux yeux qui imploraient partout autour de moi le signal d’ouvrir le feu, j’ai répondu non de la tête… Le soleil de juin glissait un froid polaire dans mes os.
Il est tombé comme s’il ne distinguait pas ses bourreaux et si léger, il m’a semblé, que le moindre souffle de vent eût dû le soulever de terre.
Je n’ai pas donné le signal parce que ce village devait être épargné à tout prix. Qu’est-ce qu’un village ? Un village pareil à un autre ? Peut-être l’a-t-il su, lui, à cet ultime instant ?

René Char, Feuillets d’Hypnos, 138, Fureur et mystère, Gallimard, 1962.

🌱 Vocabulaire :
B. : Abréviation désignant le nom de l’un des résistants, ami du poète.
SS. : SchutzStaffel, police militarisée du parti nazi allemend.

🦋 Questions :

Une référence mythologique

1/ a.Quel est le titre des notes poétiques de René Char, prises durant la résistance, dans lesquelles figure ce poème ?
b. En vous aidant d’internet, indiquez qui était Hypnos, dans la mythologie grecque.
c. A partir de votre réponse précédente, en quoi ce poème s’intègre-t-il au thème de la séquence : « la poésie de la nuit » ?

2/ a. En quoi la forme de ce poème est-elle particulière / différente de celles déjà étudiées ?
b. En quoi ce texte est-il malgré tout de la poésie ? Développez et justifiez deux idées (vous vous aiderez du style du poète, des figures de style, des effets sonores, des mots).

Un dilemme intérieur

3/a. Quelle situation le poète décrit-il, au sein du premier paragraphe ?
b. En quoi cette situation est-elle très difficile à vivre pour lui ?
c. Comment interprétez-vous le recours aux points de suspension dans l’expression « j’ai répondu non de la tête… » (ligne 6).
d. Selon vous, quels sentiments le poète cherche-t-il à exprimer dans la métaphore suivante : « Le soleil de juin glissait un froid polaire dans mes os. » (ligne 6).

Un élan de l’âme

4/a. « Il est tombé (…) si léger, que le moindre souffle de vent eût dû le soulever de terre. » (lignes 7 et 8). Par quelle figure de style la mort de B. est-elle annoncée ?
b. Comment interprétez-vous ce procédé d’écriture ? De quelle manière le poète présente-t-il la mort de son ami ?

Une poésie engagée

5/ a. Pour quelle raison le poète n’a-t-il pas donné l’ordre à ses hommes d’intervenir (troisième paragraphe) ?
b. « Qu’est-ce qu’un village ? Un village pareil à un autre ? Peut-être l’a-t-il su, lui, à cet ultime instant ? »(lignes 10 et 11). Selon vous, à qui s’adressent ces questions oratoires ?

6. Selon vous, dans quels but le poète évoque-t-il cette scène ? Pour quelles raisons a-t-il écrit ce poème ? Développez et expliquez deux idées.

Le champ sémantique, la dénotation et la connotation

Regardez ces deux vidéos afin de comprendre les notions de champ sémantique et de dénotation / connotation. Vous noterez ensuite la leçon dans votre classeur.

X/ Identifier le champ sémantique, la connotation et la dénotation de certains mots :

🌹 Le champ sémantique est l’ensemble des sens d’un mot, tels qu’on peut les trouver dans un dictionnaire. Un mot peut avoir plusieurs sens : c’est la polysémie (poly en grec = plusieurs et sémie = sens).
Certains mots ont un sens propre (= sens premier que l’on trouve dans le dictionnaire) et un sens figuré (= second sens, + imagé).
Exemple : fiche vocabulaire du mot « nuit ».

🌹Le sens dénoté (=dénotation) d’un mot est celui que l’on trouve dans le dictionnaire, sur lequel on s’accorde tous de façon neutre et objective.
Exemple : nuit = moment de la journée où la terre n’est plus éclairée par le soleil.
Le sens connoté (=connotation) désigne les images, sentiments, qu’un mot évoque. Elle est fondée sur des références culturelles. Les mots peuvent être connotés péjorativement (=négativement) ou méliorativement (=positivement). C’est un sens implicite, symbolique et subjectif qui dépend du contexte, de la personnalité et de l’expérience de l’émetteur ou du destinataire.
Exemple : « nuit » = heure du crime, moment de mystère, d’angoisse, d’apaisement, d’intimité, romantisme…

🦋 Pour s’entraîner : exercices 8, 10 et 12 pages 94-95 du cahier de TD.

Les préfixes grecs et latins

Regardez cette vidéo, puis notez la leçon qui se trouve en dessous dans votre cahier.

XI/ Les préfixes d’origine grecque et latine :
Le Français est une langue d’origine latine, comme l’Espagnol, le Portugais, le Roumain, l’Italien : on parle de langues latines ou romanes. Le latin était la langue des romains : ces derniers ont imposé leur langue aux gaulois, après les avoir envahis, au premier siècle avant Jésus Christ.
La plupart des mots français viennent du latin. Pour former de nouveaux mots, on utilise la dérivation affixale : on ajoute des préfixes à des radicaux. Un préfixe est une syllabe que l’on place avant le radical (la base du mot, partie qui ne change jamais). 
De nombreux radicaux et préfixes français viennent du latin. Certains viennent aussi du Grec : au seizième siècle, on a utilisé des préfixes grecs pour former des mots savants (sciences, médecine, technique). La langue française se nourrit aussi d’autres langues comme l’anglais (chewing-gum)et l’arabe (magasin).

a/ Le sens des préfixes d’origine latine :
–> a (ad-, af-, ac-, al-, ap-, as-, at-) –> vers –>apporter, accoster
–>ex (é-) –> hors de –> exporter, émettre
–> in (im-, il-, ir-) –> dans / contraire de –> importer impossible
–> con (co-, col-, com-) –> avec –> copain, compagnon
–> tra (trans-) –> à travers / changement –> traverser, transformer
–> dé (dys-) –> sans / enlever –> désarmer, disproportionné
–> re –> à nouveau / en arrière –> recommencer, rejeter
–> pré (pro-) –> avant –> préfixe, procession

b/ Le sens des préfixes d’origine grecque :
–> anti –> contraire de –> antipathique, antidote
–> pyro –> feu –> pyromanie, pyrotechnique
–> hydro (hydr-) –> eau –> hydrater, hydratation
–> aéro –> air –> aérospatial
–> antho –> fleur –> anthologie (recueil de plusieurs poèmes, la fleur symbolisant la poésie)
–> hyper –> au dessus de –> hypersensible
–> auto –> soi-même –> autodestruction
–> hémo (hém-) –> sang –> hémoglobine

🌹 Pour s’entraîner : exercices 1, 5 et 6 pages 118-119.

Le mythe de Pénélope

Pénélope et les prétendants, huile sur toile de John William Waterhouse, 1912, musée d’art d’Aberdeen, Ecosse.

Regardez la vidéo suivante, puis répondez aux questions dans votre cahier, en rédigeant des phrases (correction à la rentrée) :

🦋 Vocabulaire :
* Jeux : concours sportifs et d’athlétisme, dans lesquels les Grecs s’affrontaient afin de prouver leur valeur.
*Prétendant(e) : personne qui revendique un trône auquel il / elle prétend avoir droit.
* Linceul : linge / morceau de toile qui enveloppe le corps d’un cadavre.
* Grimer : se déguiser, prendre une autre identité.

🌹 Questions :

1/ De quelle île Pénélope est-elle la princesse ?

2/a. Comment Icarios, père de Pénélope, décide-t-il de choisir le mari de sa fille ?
b. A l’issue de quelle épreuve Ulysse devient-il roi d’Ithaque ?
c. Comment Ulysse et Pénélope appellent-ils leur petit garçon ?

3/ Pour quelle raison Ulysse doit-il quitter sa famille ?

4/a.Une fois Ulysse parti, combien de prétendants envahissent son palais?
b. Pour quelles raisons désirent-ils épouser Pénélope?

5/a. Quelle « excuse » Pénélope trouve-t-elle afin de repousser le mariage ?
b. Que fait-elle, chaque soir, pour le retarder à l’infini?

6/a. Au bout de combien de temps (guerre de Troie + retour en mer) Ulysse revient-il à Ithaque?
b. Comment s’introduit-il dans son palais, afin de ne pas être reconnu?

7/a. Quelle épreuve Pénélope organise-t-elle, afin d’identifier son mari?
b. Quel sort Ulysse fait-il subir aux prétendants?
c. Finalement, comment Pénélope s’assure-t-elle que l’homme déguisé en mendiant est bien son époux ?

Les discours indirect libre et narrativisé

Regardez cette vidéo pour mieux comprendre le discours indirect libre, puis copiez la leçon en dessous.

VIII/ Reconnaître les discours indirect libre (DIL) et le discours narrativisé (DN) :

a) Le Discours indirect libre :
Avec le discours indirect libre, les paroles / pensées des personnages sont mêlées au récit du narrateur. L’effet de citation est plus difficile à identifier à cause d’une certaine ambiguïté et de l’absence de critères fiables. On hésite, on ne sait pas qui parle (personnage ou narrateur ?). Il arrive parfois que de l’italique ou la dimension orale des paroles rapportées nous signalent qu’il s’agit d’un D.I.L.
Le D.I.L comporte des points communs avec le discours indirect (3e personne, pas de ponctuation spécifique, mêmes temps) et un peu avec le discours direct (marques de l’oral dans les expressions, points d’exclamation ou de suspension).
Exemple : Mathilde est d’accord, mais qu’on ne touche pas aux mimosas, ni évidemment aux peupliers !

b) Le discours narrativisé :
Les paroles / pensées des personnages sont résumées par le narrateur et traitées comme des actions de l’histoire / du récit. Les propos sont narrativisés par les temps du récit et les verbes de parole. Le D.N permet au narrateur d’aller à l’essentiel et de dramatiser (resserrer) son récit.
Exemple : Mathilde acquiesçait, mais elle interdisait de toucher aux mimosas et aux peupliers.

Pour vous entraîner, téléchargez les deux exercices suivants :

« A la nuit » d’Anna de Noailles

 » Mes livres, je les fis pour vous, ô jeunes hommes
Et j’ai laissé dedans
Comme font les enfants qui mordent dans les pommes
La marque de mes dents. »

Anna de Noailles, Les Eblouissements, 1907.
Portrait d’Anna, comtesse de Noailles, par Philip de Laszlo, 1913.

💗 Anna de Noailles (1876-1933) :
Comtesse d’origine roumaine, née sous le titre de princesse Brancovan. Elle commença à écrire de la poésie dès l’âge de seize ans. Elle écrivit aussi des romans et une autobiographie.
Elle était qualifiée de « reine du tout Paris », car elle était une célébrité de son époque. Elle tenait un salon littéraire où elle réunissait de nombreux artistes autour d’elle comme Jean Cocteau, André Gide, Colette. Avec d’autres femmes de lettres, elle créa un prix littéraire, qui existe encore aujourd’hui, sous le nom de « Prix Fémina ».
Aujourd’hui, son coeur repose dans un temple du parc de son domaine d’Amphion les bains.

💌 Le Coeur innombrable est son premier recueil poétique. Elle écrivit alors que beaucoup d’hommes voulaient la séduire, l’un d’eux s’étant même suicidé « par amour » pour elle.

A la nuit

Nuit penchée au dessus des villes et des eaux,
Toi qui regardes l’homme avec tes yeux d’étoiles,
Vois mon coeur bondissant, ivre comme un bateau
Dont le vent rompt le mât et fait claquer la toile !

Regarde, nuit dont l’oeil argente les cailloux,
Ce coeur phosphorescent dont la vive brûlure
Eclairerait, ainsi que les yeux des hiboux,
L’heure sans clair de lune où l’ombre n’est pas sûre.

Vois mon coeur plus rompu, plus lourd et plus amer
Que le rude filet que les pêcheurs nocturnes
Lèvent, plein de poissons, d’algues et d’eau de mer
Dans la brume mouillée, agile et taciturne.

A ce coeur si rompu, si amer et si lourd,
Accorde le dormir sans songes et sans peine,
Sauve-le du regret, de l’orgueil, de l’amour,
Ô pitoyable nuit, mort brève, nuit humaine !…

Anna de Noailles, « A la nuit », Le Coeur innombrable, 1901.

🕊 Vocabulaire :
ivre comme un bateau : référence à un célèbre poème d’Arthur Rimbaud intitulé « Le Bateau ivre. »
argente : verbe formé à partir du nom « argent ». Qui produit une lumière argentée.
taciturne : sombre, triste.

Questions :

1/ a. Comment s’intitule ce poème ?
b. Dans quel autre genre littéraire pourrait-on trouver ce genre d’adresse ?

2/a. « Nuit penchée au dessus des villes et des eaux, / Toi qui regardes l’homme avec tes yeux d’étoiles, » Quelle est cette figure de style ?
b. Comment / Sous quel visage la nuit est-elle présentée ? Développez votre réponse.
c. Quelle demande la poétesse lui adresse-t-elle, dans la première strophe (vers 3) ? Formulez votre réponse avec vos propres mots.

3/ Le motif de l’eau qui coule symbolise souvent, en poésie, le temps qui passe (CF poème de Lamartine).
a. Comment la poétesse ressent-elle son « incapacité à suspendre le temps qui passe » ?
b. « Ce coeur phosphorescent dont la vive brûlure  » et « mon coeur plus rompu, plus lourd et plus amer » : quelles sont ces deux figures de style ?
c. Selon vous, quels sentiments la poétesse cherche-t-elle à exprimer grâce à ces deux procédés ?

4. a. « Regarde », « Vois », « Accorde », « Sauve » : à quel mode et à quel temps l’écrivaine s’adresse-t-elle à la nuit ?
b. Selon vous, quelle est la valeur de ce temps, dans ces occurrences ?
c. Dans la dernière strophe, la nuit devient, en quelques sortes, la confidente, l’amie, de la poétesse. Quelles prières lui demande-t-elle d’exaucer (dernière strophe) ?

5.a. Dans les deux premiers vers, la nuit est décrite comme une déesse qui voit tout et sait tout. a. En quoi le dernier vers en donne-t-il une vision / image différente ? Développer votre réponse.
b. Anna de Noailles était une écrivaine romantique qui ressentait ce qu’on appelle le « mal de vivre ». Que signifie, selon vous, cette expression ?
c. Selon vous, que signifient les points de suspension du dernier vers ? Qu’est-ce que la poétesse semble regretter ?
d. Finalement, comment, selon la poétesse, pourrait-elle être délivrée de ce sentiment ?

Nuit étoilée sur le Rhône, huile sur toile de Vincent Van Gogh, 1888, musée d’Orsay, Paris.

Rapprocher un texte et une image :

1/ Présentez ce document (nature, titre, auteur, date, lieu de conservation).

2/ Quels sont les points communs entre cette toile et le poème d’Anna de Noailles ? Formulez et développez trois idées.

3/ Citez deux vers du poème qui, selon vous, pourraient illustrer ce tableau.

Phrase simple / complexe

👁 Regardez cette vidéo explicative, avant de noter la leçon en dessous. 👁

Vidéo pédagogique de Patricia Bonnard Sarrio

IX/ Varier phrases simples / phrases complexes :

a) La phrase simple :
Une phrase simple comporte au maximum un seul verbe conjugué. Au maximum, elle n’a donc qu’une seule proposition (= le verbe conjugué et ce qui l’entoure, le sujet et ses compléments)
Exemple : [Circé a une belle voix.]
Une phrase simple peut n’avoir aucun verbe conjugué (phrase non-verbale) ou alors un verbe à l’infinitif : dans ce cas, elle comporte 0 proposition
Exemple : →  Non !→ Se métamorphoser ?

b) La phrase complexe : 
Une phrase complexe comporte, au minimum, 2 verbes conjugués (donc deux propositions). La phrase complexe peut être formée de différentes manières.
La juxtaposition : quand les propositions sont reliées par des signes de ponctuation ( : / ; / , ), on dit qu’elles sont juxtaposées
Exemple : [ Circé chante ] : [ elle veut envoûter les compagnons d’Ulysse. ]
La coordination : lorsque les propositions sont reliées par des conjonctions de coordination ( mais / où / et / donc / or / ni / car ), on dit qu’elles sont coordonnées. 
Exemple : [ Circé chante ] car [ elle veut envoûter les compagnons d’Ulysse. ]
La subordination : quand les propositions sont attachées par des mots subordonnants ou des pronoms relatifs ( que / qu’ / lorsque / pour que / qui / dont / où ), elles s’appellent des propositions subordonnées.
Exemple : [ Circé chante ] pour que [ les compagnons d’Ulysse soient envoûtés.]

🌹 Pour s’entraîner : exercices 1, 2, 4 et 8 pages 38-39 + 1, 4, 6 et 8 pages 46-47 de votre cahier de TD.

Une nuit source d’inspiration

⭐ « Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou » 💃

Photographie du poète Arthur Rimbaud, âgé de 17 ans, par Etienne Carjat, 1871.

🌱Arthur Rimbaud est un poète français, né en 1854 et décédé en 1891. Il incarne la précocité (=intelligence très développée, très tôt) : ce fut un adolescent rebelle, qui méprisait les codes de la société bourgeoise.
Mal aimé de sa mère, Vitalie Cuif, il fugua plusieurs fois de son domicile avant ses seize ans.
Son premier recueil, Poésies, est rédigé entre 1868 et 1870 : le poète n’a alors que quatorze ans.
Dans Ma Bohème, il évoque son désir de liberté. Le mot « bohème » désigne un mode de vie, au jour le jour, sans but précis. Cela désignera pas la suite un style vestimentaire.

Ma Bohème

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot soudain devenait idéal ;
J’allais sous le ciel, Muse, et j’étais ton féal ;
Oh ! là là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !

Mon unique culotte avait un large trou.
Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou.

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soir de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

Arthur Rimbaud, Ma Bohème (Fantaisie), 1870

Vocabulaire :
* Paletot : vêtement d’homme que l’on porte au dessus d’autres vêtements
* Idéal : plus proche d’une idée que de la réalité
* féal : serviteur
* culotte : au dix-neuvième siècle, le pantalon.

🌹 Questions :

1/ Ce poème reprend la forme traditionnelle du sonnet, héritée d’Italie.
a) Combien de strophes comporte-t-il ? Combien de vers comporte chacune d’entre elle ?
b) Quelle est la mesure des vers ?
c) Comment les rimes sont-elles organisées ?

2/a) Faites le portrait et décrivez la vie du poète, en deux lignes.
b) Relevez trois mots ou expressions de l’isotopie de la pauvreté.

3/ Comment vit-il sa pauvreté ? Que lui permet-elle de créer ? (Aidez-vous des vers 3, 6, 7 et 8).

4/ Arthur Rimbaud renouvelle la poésie traditionnelle, en utilisant un langage normalement  » peu poétique », et en jouant sur les rythmes.
a) Relevez cinq mots ou expressions enfantines / populaires / du quotidien.
b) Dans quel vers oblige-t-il le lecteur à faire une pause à cause d’un point ? (Cela est normalement interdit en poésie).
c)  » mes souliers blessés. » Quelle est cette figure de style ?

5/ Le poète va encore plus loin dans la provocation.
a) Citez trois expressions du poème où il sous-entend qu’il éprouve des désirs adolescents / charnels / sensuels / sexuels.
b) Quelle boisson (troisième strophe) l’aide à créer de la poésie ?
c) « Des lyres » (vers 13) : quel est le jeu de mot ? Quel autre mot le lecteur peut-il entendre ?
d) Citez le vers qui indique que l’ivresse lui donne des hallucinations.